Scoop : le père Noël était planqué chez E-fijy, l’as de la réalité augmentée

  • Print Friendly and PDF

Johann Gobe, le fondateur d’E-fijy, baisse la voix… Il va falloir entrer tout seul dans la salle de réunion. Pourtant le carton d’invitation était explicite « merci de bien vouloir vous présenter à l’accueil muni de cette convocation et de votre bonnet ». J’ai vu beaucoup de pitchs de startups, cette mise en scène est une première. Nous sommes au siège de Microsoft qui, dans le cadre de son programme d’aide aux entreprises innovantes, a prêté une salle à E-fijy spécialement pour cette démo. La porte se referme derrière nous. Au sol une croix, en face un écran. Le père Noël en personne apparait, m’invite à lever les bras. J’enfile alors sur l’écran une armure digne du royaume d’Hyrule, me mouvois avec mon épée, avant de me transformer en lutin. Tout en me déplaçant dans la salle j’attrape des objets venus de ce ciel virtuel. Revenu à mon état de simple mortel je pose avec Santa Claus, la classe. Je viens d’essayer E-kinox, le « miroir magique » d’E-fijy.

E-fijy fait partie de ces pépites soutenues par Euratechnologies, le pôle d’excellence lillois dédié aux NTIC. L’incubateur, installé dans une ancienne usine textile, est un fabuleux cocon pour les startups de la région. Nous aurons souvent l’occasion de vous en reparler.

Avant E-kinox et son miroir magique, E-fijy s’est d’abord fait connaitre avec E-xtra, sa solution de réalité augmentée pour l’e-commerce. Je vous propose de nous pencher aujourd’hui sur ces deux offres, en vidéos et en démos bien sûr !

Sommaire

E-kinox : de l’autre côté du miroir

E-xtra : une piscine dans mon jardin, un canapé dans mon salon

 


E-kinox : de l’autre côté du miroir

Oxybul Eveil & Jeux (ex Fnac Eveil & Jeux) teste actuellement cette solution dans son magasin lillois de la rue de Paris,. Il s’agit d’essayer des déguisements d’enfants, je vous laisse découvrir :

Ce dispositif, utilisé pour notre père Noël, prend donc la forme d’un écran surmonté de la caméra Kinect de Microsoft et éventuellement accompagné d’une tablette tactile :

Il se prête à trois usages :

  • « Magic Mirror » : cette application permet de faire de l’essayage (ou du déguisement, c’est selon) virtuel. Il est possible de récupérer une photo souvenir. C’est ce qu’utilise Oxybul dans la vidéo précédente.

     

  • « Magic Avatar » : cette application permet de rentrer dans la peau d’un personnage imaginaire et/ou de discuter avec une mascotte virtuelle animée en coulisse par un comédien.

     

     

  • « Magic Games » : il s’agit d’utiliser les mouvements de son corps comme interface de jeu vidéo. Les gamers qui nous lisent connaissent déjà cette technologie, mise en œuvre par Microsoft sur sa console de jeu Xbox 360 avec la fameuse caméra Kinect.

E-fijy utilise la même caméra que Microsoft mais pas encore son kit de développement qui vient juste d’être ouvert aux développeurs tiers. Pour vous donner une idée du potentiel de cette technologie, voici ce qu’en a fait Microsoft sur sa Xbox 360 :

L’expérience offerte par « Magic games » est basique mais efficace. Ne vous attendez pas au résultat du dernier blockbuster du jeu vidéo, ce n’est pas le but (et je ne connais pas de commerçant qui ait les millions d’euros nécessaires à la conception d’un tel hit). La solution d’E-fijy présente l’avantage d’être simple à mettre en œuvre pour des marques car facilement adaptable à des jeux existants.

E-kinox intéressera toute marque à la recherche d’une animation commerciale ou événementielle. Johann Gobe cite ainsi la vente de déguisements et de jouets, l’animation de galeries marchandes, les parcs d’attraction, le lancement d’un film ou d’un jeu vidéo, les marques ciblant des enfants, les agences publicitaires souhaitant diversifier leurs canaux de communication…

En pratique les clients d’E-fijy reçoivent le matériel prêt à l’emploi, tout est automatisé. Le service est vendu sous forme de licence annuelle ou événementielle. Le tarif, dégressif, dépend du nombre de bornes : comptez quelques milliers d’euros par mois pour une licence, le commerçant devant par ailleurs faire l’acquisition du matériel (caméra Kinect, écran de télévision et PC) qui revient environ à 2000€. Pour une modélisation en 3D comptez quelques centaine d’euros. La modélisation de six costumes et le déploiement d’une borne met ainsi environ deux semaines.

 

E-xtra : une piscine dans mon jardin, un canapé dans mon salon

Solution de réalité augmentée pour l’e-commerce, E-xtra est utilisée pour l’aménagement d’intérieur, celui de bureaux ou encore de jardins. Castorama, Auchan, Achat Design et Thermadeco l’utilisent. Je vous invite à aller la tester sur le site d’Achat Design :

Mais la grande nouveauté que viennent de dévoiler nos lillois, c’est la version pour tablettes et terminaux mobiles. Regardez cette vidéo : les solutions de réalité augmentée habituelles nécessitent de calibrer le logiciel en photographiant préalablement un magazine, une feuille A4 ou tout autre référent servant à déterminer les échelles. Sur cette version iPad il n’y a même plus d’étape de calibration, vous disposez instantanément vos meubles dans l’espace :

Combien ça coûte ? En fonction du support (smartphone, tablette, site web) la licence annuelle est comprise entre 10 000 et 15 000€, la modélisation en 3D d’un produit coûte entre 30 et 150€.

Le module de réalité augmentée est livré clé en main, installé sur le serveur du marchand. Sa mise en place prend « un petit mois pour la mise en production » mais dépend largement du nombre d’articles à numériser.

Article initialement publié sur lab.vente-privee.com .

  • Print Friendly and PDF

Passionné d'innovation, ex Natixis, Groupe La Poste et Lab vente-privee.com. Le Phare Digital est un blog personnel, mes opinions n'engagent bien évidemment que moi.

Suivre @fgueno sur Twitter.