AdQuantic : optimiser son compte AdWords

  • Print Friendly and PDF

L’entretien se déroule dans une ancienne bibliothèque universitaire. Dans ses rayons trônent des manuels de Chimie des années 50. Un cadre authentique pour un incubateur flambant neuf, en plein cœur de Paris : nous sommes chez Agoranov, une institution chapeautée par l’Ecole Normale Supérieure, Paris VI, Paris Dauphine, ParisTech et l’INRIA.

Il ne fallait donc pas s’étonner de parler « Physique théorique » avec l’équipe d’AdQuantic, créée par deux anciens élèves de la rue d’Ulm. Pourquoi faire appel au calcul théorique? Parce que l’optimisation de vos achats publicitaires demeure plus que jamais un système mathématique complexe.

 

Un petit rappel sur Google AdWords : faites vos jeux.

Emplacements des publicités AdWords dans les résultats de recherche. Source : http://www.google.com/adwords/

Vous le savez, AdWords est la plateforme publicitaire de Google. Elle affiche sur l’écran de l’internaute des publicités relatives aux mots-clés présents dans sa recherche, dans la page qu’il consulte ou encore dans les emails qu’il reçoit sur Gmail. Avec AdWords, l’annonceur ne paie que si l’internaute clique sur la publicité. Encore faut-il qu’elle soit suffisamment bien placée dans les résultats de recherche ou dans les encarts publicitaires…

Pour cela Google a mis en place un système d’enchère : l’annonceur définit le montant maximal qu’il est prêt à payer pour un mot-clé. Vous me suivez ? Ce n’est pas fini : le montant réel que paiera l’annonceur, pour un clic sur sa publicité, dépendra de l’enchère maximale de l’annonce suivant la sienne et… du niveau de pertinence de son annonce pour l’internaute.

Cette démonstration étant faite, deux questions subsistent pour l’annonceur: sur quels mots-clés doit-il enchérir et pour quels montants ?

 

La solution d’AdQuantic

La startup AdQuantic se propose d’optimiser vos achats de mots-clés. Sa spécificité ? D’après la startup, la plupart des solutions existantes, telle Adobe Adlense, utiliseraient des méthodes d’analyse dérivées des mathématiques financières. AdQuantic leur préfère celles utilisées notamment en mécanique quantique, plus efficaces à ses yeux.

 

En pratique

Tentons de retranscrire la démarche d’AdQuantic.

AdWords fonctionnant avec un système d’enchères sur les mots-clefs, tout l’enjeu est d’optimiser le coût des mots-clés en fonction du revenu qu’ils génèrent. En résumé, il faut aligner le pourcentage de dépense sur chaque mot-clef avec le pourcentage de revenu généré :

La difficulté réside dans le manque de données associées à certains mots-clés, comme ceux ne déclenchant une visite qu’une fois par mois. Faut-il prendre le risque d’enchérir dessus ? D’après AdQuantic les méthodes traditionnelles négligent ces « événements rares ». AdQuantic les prend en compte. Ces mots-clés constituent une « longue traine » comme vous pouvez le voir dans l’illustration suivante. L’enjeu de l’optimisation consiste à aligner ces bulles qui représentent chacune un mot-clé :

Ratio coût/chiffre d’affaire en fonction du taux de clic relatif.

Pour déterminer les stratégies d’enchères, AdQuantic fait également appel à la théorie des jeux.

 

Résultats

AdQuantic annonce un revenu en hausse de 30% en moyenne.

Avant d’engager une campagne d’optimisation pour un client, la startup réalise systématiquement un audit afin de vérifier qu’il y a véritablement un potentiel de progression.

 

Mise en place

L’annonceur n’a rien à faire, il lui suffit de communiquer ses identifiants Google Analytics à la startup. AdQuantic place les enchères pour ses clients et leur prodigue ses conseils de gestion de mots-clés. La startup propose également des prestations de conseil plus poussées.

 

Combien ça coûte ?

AdQuantic se rémunère en deux temps. D’abord à la performance, en prélevant 30 à 40% du gain généré. Mais comme toute optimisation, celle-ci finit par atteindre un palier. La startup se rémunère alors sur le budget de campagne, en en prélevant 2 à 5%.

 

Clients

Wikio, Overblog, Pour mon bureau, veoprint ou encore 1001 Déguisements ont fait appel à AdQuantic.

Signalons que d’autres distributeurs, poids lourds du e-commerce, testent ou ont testé AdQuantic. Ils ne souhaitent malheureusement pas être cités.

 

Pour conclure

AdQuantic se consacre à l’amélioration des performances, selon une démarche progressive. Face aux couteaux suisses que pourrait brandir la concurrence, la startup veut embrasser une logique d’optimisation des achats publicitaires, plus que d’automatisation de la création et du placement.

Difficile de juger des méthodes de calcul d’AdQuantic ou de ses concurrents. La startup annonce en tout cas de beaux résultats. Nous attendons avec impatience des témoignages qui viendront étoffer ses études de cas. Mais au vu des premiers clients annoncés par la startup, celle-ci semble se développer sous des auspices favorables.

Article initialement publié sur lab.vente-privee.com .

  • Print Friendly and PDF

Passionné d'innovation, ex Natixis, Groupe La Poste et Lab vente-privee.com. Le Phare Digital est un blog personnel, mes opinions n'engagent bien évidemment que moi.

Suivre @fgueno sur Twitter.