La logistique aux grossistes et le marketing aux boutiques : le « drop shipping » de Verseau Paris

  • Print Friendly and PDF

Verseau Paris est une toute nouvelle agence web créée cet été. Mais ne vous fiez pas à son jeune âge : la startup se distingue de ses congénères en basant toute son offre sur une solution e-commerce maison, développée depuis 6 ans par l’un de ses fondateurs. Cette solution est d’ailleurs au cœur de la nouvelle offre de « drop shipping » que vient de dévoiler Verseau Paris.

Drop shipping ? C’est ainsi que l’on désigne en logistique la situation où le commerçant ne stocke pas les produits qu’il commercialise, son grossiste ou son fournisseur prenant en charge leur stockage et leur livraison au client final. Le commerçant est alors libre de se concentrer uniquement sur son marketing et sa communication.

 

« Vous » désigne ici le commerçant. (Principe du Drop-Shipping / Ludotools / Wikipédia / CC BY-SA 3.0)


 

En pratique

Verseau Paris propose d’abord une solution permettant aux commerçants de s’approvisionner auprès de leurs grossistes, via internet. Prenons l’exemple de ce grossiste d’Aubervilliers spécialisé dans les jeans, les jupes et les vestes. Son site Roseplayer permet aux commerçants d’acheter directement au prix de gros, pourvu qu’ils aient un numéro de TVA :

Mais cette plateforme ne s’arrête pas là. Roseplayer proposera bientôt au petit commerçant de quartier de créer son propre site internet, cette fois en « drop shipping ».

Pour le client final tout est transparent. Il commande sur le site du commerçant qui reverse une partie de la somme au grossiste. Les stocks indiqués sont ceux du grossiste. Ce dernier se charge d’expédier les produits au nom du commerçant.

Pour le commerçant, la gestion du catalogue produit est simplifiée. Il choisit parmi les références du grossiste celles qu’il souhaite vendre sur son site. Le grossiste doit ainsi fournir au commerçant des fiches-produits prêtes à l’emploi. Le commerçant a toujours la possibilité de les modifier pour les adapter à sa charte graphique ou pour en améliorer la teneur.

Le commerçant va ensuite pouvoir rajouter d’autres grossistes à sa boutique en ligne, toujours pour faire du drop shipping. Il lui suffira d’appeler Verseau Paris pour que la startup « branche » le nouveau grossiste à sa solution. Il pourra également rajouter ses propres produits puisque il dispose là d’une véritable solution e-commerce.

Notez que Verseau Paris forme systématiquement à l’utilisation de son outil, via Skype ou par téléphone ou même directement dans ses locaux.

Attention cependant, Verseau n’intervient pas entre les grossistes et les commerçants dans l’organisation de leur drop shipping. Il leur faudra donc s’entendre, notamment sur la question des retours clients. Ces derniers doivent-ils passer par le commerçant ou directement par le grossiste ? Quels seront les frais financiers ?

 

Combien ça coûte ?

Les grossistes ont deux options. Soit ils se contentent d’un back-office pour recevoir les commandes des commerçants. Celui-ci est gratuit. Soit ils investissent dans un véritable site-boutique dédié aux commerçants, tel que celui de Roseplayer. Ce dernier sera payant. La startup n’a pas souhaité communiquer une fourchette de prix.

Le commerçant aura lui aussi deux options. Soit obtenir un site contre une licence mensuelle de 66 €, soit l’acheter définitivement. A terme chaque nouveau produit référencé sur son site devrait lui coûter un euro.

 

Pour qui ?

D’après Verseau, les grossistes traitant des volumes très importants ne seront pas intéressés par une solution qui les obligerait à éclater leurs stocks en une multitude de commandes individuelles. Mais de plus petits grossistes, comme ceux qui envoient des lots de 5 à 100 pièces, devraient être preneurs d’une telle solution.

Côté commerçant, cette solution se destine à tous ceux qui voudront déléguer stockage et logistique pour ne se consacrer qu’au marketing. Le drop shipping permettra également aux petites boutiques de quartier, dont le manque d’espace à un impact sur la largeur et sur la profondeur de gamme, d’élargir leur offre. Cette solution me semble essentiellement être un produit d’appel et de notoriété pour Verseau Paris, qui se définit comme agence « haut de gamme ».

 

Pour conclure

Vous l’aurez compris avec le « drop shipping » la marchandise va directement du grossiste au consommateur. Cette suppression d’intermédiaire a du sens en matière de transport. Sera-t-elle pour autant synonyme de baisse de prix pour le consommateur ? Par rapport au traditionnel prix de gros, le commerçant parviendra-t-il à garder une marge suffisante sur des commandes unitaires ? Verseau Paris fournit l’outil nécessaire au drop shipping, cela ne dispense pas commerçants et grossistes de discuter de ses modalités financières.

De même que le « cloud computing » a libéré les entreprises du besoin d’intégrer de coûteuses installations informatiques, le « drop shipping » promet de libérer les marchands des infrastructures logistiques nécessaires à l’e-commerce. On pourrait en quelques sortes parler de « cloud commerce ». Pour autant les marques et les distributeurs sont-ils prêts à ne se consacrer qu’au marketing de leur offre ? Il me semble que cette solution intéressera en priorité les petits commerces de quartier. Avec sa solution, Verseau Paris se propose de libérer tout un pan de l’économie encore hermétique au commerce en ligne. Un pari ambitieux mais malin.

 

Article initialement publié sur lab.vente-privee.com .

  • Print Friendly and PDF

Passionné d'innovation, ex Natixis, Groupe La Poste et Lab vente-privee.com. Le Phare Digital est un blog personnel, mes opinions n'engagent bien évidemment que moi.

Suivre @fgueno sur Twitter.