Shopping-Mail : des publicités dans les mails transactionnels

  • Print Friendly and PDF

Shopping-Mail c’est d’abord une idée géniale dont on peut s’étonner que personne n’y ait pensé plus tôt. Cette startup propose en effet de profiter des e-mails transactionnels envoyés par les e-marchands pour y faire de la pub. Ces mails regroupent aussi bien les confirmations de commande que celles d’expédition … et ont donc un taux d’ouverture très élevé par rapport aux courriers purement publicitaires, de l’ordre de 70%.

Shopping-Mail joue le rôle d’entremetteur, en permettant aux e-marchands de se regrouper sur sa plateforme pour profiter des mails transactionnels des uns et des autres. Mais j’entends d’ici vos questions : « Vais-je me retrouver avec des publicités inadaptées à ma clientèle ? » ou encore « Mes mails transactionnels vont-ils finir dans les spams de mes clients ? ». Pas de panique, Shopping-Mail a pensé à tout. Le marchand sélectionne la publicité qu’il accepte de faire apparaitre sur ses emails, que ce soit en bannissant les sites concurrents ou les catégories de produits non désirées.

Pour ce qui est des spams, les publicités sont très légères et les vignettes très en deçà de la limite des 600 pixels qui peut faire basculer votre courrier de la boite de réception à la corbeille. Parce que la quantité de texte d’un e-mail de confirmation de commande est très importante, celle-ci évite que l’e-mail soit considéré comme indésirable.

Les mails transactionnels générés par un marchand comportent ainsi 4 publicités en fin de courrier, combinant annonces textuelles et images.

En pratique

La solution est proposée en SaaS. Le marchand qui souhaite lancer une campagne peut cibler ses prospects par sexe, région, profil de client (BtoB ou BtoC) ou encore type de produit acheté (il est par exemple possible de ne faire de la pub qu’aux acheteurs de produits pour bébé).

Shopping-Mail propose de suivre l’efficacité d’une campagne à l’aide de plusieurs indicateurs : nombre d’impressions publicitaires, nombre de clics et bientôt nombre de commande générées.

Lancé le 15 novembre en version bêta, Shopping-Mail vient de passer en version stable. D’autres fonctionnalités devraient faire leur apparition. Il sera ainsi bientôt possible de cibler une campagne en fonction du produit acheté nous explique Mickael Ohayon, fondateur de Shopping-Mail: « j’ai acheté un voyage pour l’Argentine, on va me proposer des bagages, le guide du routard pour l’Argentine, l’assurance, le transport, le taxi… Puisqu’on a toutes les infos on peut s’en servir pour proposer de bonnes réductions super ciblées  qui vont transformer.» Enfin pour un groupe possédant plusieurs marques et ne souhaitant faire de la publicité croisée qu’entre ses enseignes, une utilisation du système en cercle fermé devrait  faire son apparition.

Réalisations

Shopping-Mail compte aujourd’hui une cinquantaine de sites bêta-testeurs, tout l’enjeu pour cette sortie de bêta sera de les transformer en clients. On retrouve ainsi UareDesign, Trend Corner, Bagatelles, Opticien Online, Artus & Co ou encore Miss Good Buy.

Les premières statistiques obtenues avec ces marchands donneraient un taux de clic moyen de 2% d’après la startup, le taux de commande n’est pas encore connu (l’équipe ajoute cette fonction de suivi progressivement).

Justement qu’en pense Opticien Online ? Nous avons interviewé Louis-Alexandre Tachon, son fondateur. Opticien Online a choisi d’utiliser ces espaces publicitaires pour y mettre des codes de réduction. Louis-Alexandre compare cela au traditionnel coupon de réduction qui, lui, se balade dans la nature et sur les sites spécialisés : “là on a un véritable retour sur investissement“.

Louis Alexandre souligne l’importance des typologies et du ciblage par tranches d’âge “c’est très bien, sans ces fonctions là nous n’y serions pas allé, il faut pouvoir segmenter les bases.

Bien évidement “le réseau est amené à grossir“. Le nombre de retours n’est pas encore assez suffisant pour pouvoir en tirer des chiffres significatifs, notamment sur le coût d’acquisition, mais Louis Alexandre est plutôt satisfait “on voit que ça fonctionne, on voit qu’on a de l’affichage, on voit qu’on a du clic et on a fait quelques commandes“.

Le retour de Louis-Alexandre est donc positif, surtout depuis que le modèle économique de la startup a évolué. “Ils viennent de changer le business model (…) ça devient accessible à tous les marchands.” “Ça n’est vraiment pas cher du tout maintenant. Nous y sommes tous très sensibles car cela représente pour nous des coûts d’acquisition.

Combien ça coûte ?

Shopping-Mail est basé sur un principe d’échange de mails transactionnels entre e-marchands. Ainsi, plus vous envoyez de courriels avec des publicités, plus votre visibilité sera grande chez les autres marchands partenaires.

Shopping-Mail se rémunère en fonction de deux variables :

  • Le volume de commandes du marchand
  • Le nombre de mails publicitaires générés chez des marchands partenaires pour un mail publicitaire généré par le marchand. Ainsi, pour chaque e-mail envoyé à vos clients, vous pouvez choisir d’apparaitre dans 2, 4 ou 6 e-mails envoyés par les partenaires de Shopping-Mail

En image c’est d’autant plus clair :

Implémentation

Celle-ci se fait très simplement à l’aide d’un plug-in. Magento, Prestashop , OsCommerce, Wizishop sont ainsi pris en charge.

Les solutions propriétaires pourront également implémenter l’API avec l’aide technique de Shopping-Mail. Comptez environ 2h pour l’installation, la documentation ne fait que 3 pages.

Les serveurs de Shopping-Mail se contentent de générer en temps réel un code HTML en fonction des achats des clients du marchand. Aucune donnée n’est conservée

Pour conclure

L’utilisation de Shopping-Mail peut aller beaucoup plus loin que de simples pubs. On pourrait ainsi imaginer qu’un marchand utilise la plateforme pour pousser une page Facebook ou un compte Twitter.

Shopping-Mail exploite intelligemment une région du web encore délaissée par la pub, pour ne pas dire inexplorée… C’est simple, évident. Ce genre d’innovation qui vient presque naturellement combler un vide me rappelle AdYouLike qui avait eu la bonne idée de créer des captchas publicitaires. La nature a horreur du vide…

Article initialement publié sur lab.vente-privee.com .

  • Print Friendly and PDF

Passionné d'innovation, ex Natixis, Groupe La Poste et Lab vente-privee.com. Le Phare Digital est un blog personnel, mes opinions n'engagent bien évidemment que moi.

Suivre @fgueno sur Twitter.