En exclusivité, Feedcaster : si vous vous adressiez aux internautes qui vous ont un jour « liké » ?

  • Print Friendly and PDF

Le bassin lillois renferme quelques trésors. Nous avions découvert Feedcaster lors du salon de la VAD, au sein du « village innovation », un concentré des meilleures startups de la région concocté par EuraTechnologies. Feedcaster complète les traditionnelles solutions d’e-mailing en proposant aux e-marchands de faire de même sur Facebook. Il ne s’agit pas de contacter des « fans » mais plutôt des internautes ayant indiqué qu’ils aimaient les produits d’un site e-commerce. Vous voulez en savoir plus ? Suivez le guide.

Sommaire

Le pitch

Comment ça marche ?

Combien ça coûte ?

Pour qui ?

Conclusion

Le pitch

Les internautes sont de plus en plus nombreux à utiliser le bouton Facebook « Like » présent sur les fiches des produits qu’ils apprécient, les partageant ainsi avec leurs contacts. Les fondateurs de Feedcaster se sont dits qu’il serait intéressant de s’adresser à vous et à vos « amis » Facebook en vous envoyant à chaque fois des messages ciblés en fonction de vos affinités d’internaute « likeur ». Après tout, vos amis partagent forcément des intérêts proches des vôtres…

Rien de plus simple que de connaitre vos affinités de consommateur à partir du moment où vous utilisez le bouton « Like » (par exemple si nous savons que vous achetez des habits et jouets pour bébé, il y a de fortes chances que vous soyez jeune parent et que certains de vos amis connaissent des préoccupations similaires). En revanche il est beaucoup plus difficile de recueillir des informations personnelles (êtes-vous un homme, une femme, un parisien, un lillois, un adulte, un sénior ?) et surtout d’avoir l’autorisation de contacter vos amis en votre nom. Pour cela l’internaute « likeur » doit donner explicitement l’autorisation à Feedcaster de publier sur son mur et d’avoir accès à ses informations. C’est d’ailleurs le seul point faible du système, qu’est ce qui convaincra un internaute d’aller donner accès à son compte Facebook ?

Tout réside dans l’art et la manière d’amener la chose, c’est exactement comme de convaincre un internaute de cocher l’opt-in d’une newsletter. Prenons l’exemple d’un disquaire en ligne. Si vous êtes enclin à partager le dernier album de Vincent Delerm avec vos amis, il y a de fortes chances pour que vous soyez prêt à vous abonner à l’application Facebook « Chanson française » qui vous promet de vous tenir au courant des dernières sorties. Cette application ne sera autre que Feedcaster. En l’acceptant, vous aurez coché l’opt-in.

Comment ça marche 

  • L’interface de publication

Celle-ci est très simple. Vous commencez par construire le message qui sera publié sur les murs Facebook de vos prospects. L’éditeur permet de rajouter des vidéos, rappelons que celles-ci augmentent généralement la viralité des publications.

Vous choisissez ensuite vos destinataires en fonction de leurs affinités. Par exemple pour une publication concernant un spectacle de patinage vous allez sélectionner l’ensemble des internautes ayant « liké » une fiche produit de la catégorie « Grands spectacles» de votre site marchand.

Puisque vous disposez désormais d’informations détaillées sur ces internautes, vous pouvez choisir de les filtrer en fonction de leur âge, de leur sexe et de leur origine géographique. Le dédoublement se fait automatiquement. L’outil permet de programmer la date des publications et de les pré-visualiser. Enfin il est possible d’exclure des internautes contactés lors d’une autre campagne (et d’éviter ainsi l’impression de spam).

Voici le résultat final :

 

  • L’outil statistique

C’est celui qui permet au marketeur de justifier ses dépenses sur les réseaux sociaux en démontrant l’efficacité de ses campagnes. Feedcaster permet ainsi de déterminer le ROI d’une campagne : le nombre de commandes générées, le panier moyen, le taux de conversion et le CA induit.

Combien ça coûte ?

La mise en place comprend l’installation sur les serveurs du marchand, l’archivage des produits obsolètes mais « likés », l’éventuelle installation d’Open Graph (la « grammaire » qui permet à un site de dialoguer avec Facebook) ainsi que l’amélioration de l’efficacité du bouton « Like ». Comptez entre 5 et 10 mille euros en fonction du site. Si ce dernier est bien tagué pour Facebook, comptez entre 15 jours et un mois de mise en place.

 

Pour qui ?

Feedcaster vise principalement les grands comptes ayant un fort potentiel d’activités sociales. Carrefour sera le 1er client à l’utiliser à grande échelle début 2012.

 

Conclusion

Contrairement à une simple page Fan, Feedcaster fournit des informations détaillées sur les habitudes de consommation des internautes et permet de publier directement sur leur mur Facebook. La problématique reste assez proche de celle d’un e-mailing traditionnel : parviendrez-vous à faire cocher l’opt-in, c’est-à-dire à convaincre l’internaute de donner accès à son compte Facebook ? Si vous réussissez, Feedcaster vous permettra de surprendre vos visiteurs avec des messages hyper-ciblés.

Article initialement publié sur lab.vente-privee.com .

  • Print Friendly and PDF

Passionné d'innovation, ex Natixis, Groupe La Poste et Lab vente-privee.com. Le Phare Digital est un blog personnel, mes opinions n'engagent bien évidemment que moi.

Suivre @fgueno sur Twitter.