Max : une méta carte bancaire gratuite pour les surpasser toutes

  • Print Friendly and PDF

Depuis un an le groupe Crédit Mutuel Arkéa lance très progressivement un service gratuit d’un nouveau genre baptisé Max. Max c’est à la fois un assistant personnel (mêlant conciergerie et conseils financiers), un compte, mais c’est aussi une carte de paiement qui rappelle fortement celle de l’anglais Curve. Le principe de la carte Max est simple : une carte haut de gamme qui se substitue à toutes les autres en les débitant.

A l’usage c’est extrêmement simple. Une application mobile vous permet de choisir en temps réel la carte à débiter lorsque vous utilisez votre MasterCard Max. Cette association reste valable autant de temps que vous le voulez, ainsi aucune crainte de panne de batterie. Comme sur les applications des néobanques, les notifications de paiement sont instantanées (plus de besoin de consulter ses relevés). Il est possible de gérer ses plafonds, de désactiver à la volée la carte, le sans contact, le paiement online, le retrait d’espèces ou encore les opérations à l’étranger.

Ce qui m’apparaissait d’abord comme un gadget s’avère en fait très utile. D’abord du fait des assurances, qui placent la carte Max au niveau d’une bonne « gold », voire d’une « black » si l’on ajoute la conciergerie. Associée à une carte bancaire d’entrée de gamme, qui ne propose par exemple aucune assurance dommage des véhicules de location, la carte Max peut s’avérer très intéressante.
La carte Max est également compatible avec Apple Pay et, plus exotique, Garmin Pay et Fitbit Pay. Google Pay est annoncé sans plus de précision quant à la date. Cette prise en charge du sans contact mobile, encore trop rare chez les établissements bancaires, permet de rendre l’ensemble de ses cartes compatible par le truchement de Max.
Enfin, et c’est loin d’être un détail, la carte Max vous permet de payer à l’étranger sans commission bancaire supplémentaire (du type 2,90 % + 3 €). Rien de tout cela avec Max, seul le taux de change MasterCard, à peine plus élevé que le taux interbancaire de référence. La carte Max est donc aussi une carte de voyageur.
Attention cependant, Max est une carte à autorisation systématique. Elle pourrait encore vous bloquer dans de très rares cas, notamment sur certaines autoroutes.

La mise en place de Max est assez rapide, l’expérience client apparaît comme un modèle du genre inspiré des dernières néobanques. L’inscription se fait via l’application mobile en photographiant ses justificatifs. Quelques jours plus tard vous recevez chez vous votre carte Max à activer directement dans l’application. Attention le code PIN associé est donné par l’application à la fin du processus. En cas d’oubli vous pourrez le redemander par chat. L’utilisateur rajoute ensuite ses cartes bancaires, toujours par une simple photo. Un micro débit de l’ordre d’un euro sur chacune des cartes (recrédité par la suite) permet de vérifier que vous êtes bien le détenteur du dit compte.

Reste la question de la pérennité du modèle économique de Max. Gratuit pour le consommateur, l’ensemble des services est sensé se rémunérer sur des commissions d’apporteur d’affaire, par exemple après avoir recommandé une assurance. Trop beau pour être vrai ? Peut-être s’agit-il d’une simple expérimentation comme l’avait fait Axa avec Soon. Profitons-en…

  • Print Friendly and PDF

Passionné d'innovation, ex Natixis, Groupe La Poste et Lab vente-privee.com. Le Phare Digital est un blog personnel, mes opinions n'engagent bien évidemment que moi.

Suivre @fgueno sur Twitter.

Aucun commentaire publié.
Laisser un commentaire