Mazeberry : optimiser ses dépenses e-marketing en analysant le ROI par source de trafic

  • Print Friendly and PDF

Le titre de gloire pour une petite startup du nord ? Il s’agit sans doute de se retrouver citée sur l’un des blogs officiels de Google. C’est ce qui est arrivé à Mazeberry, en pleine torpeur estivale, et pas dans n’importe quel post : celui de l’équipe Google Analytics qui annonçait le lancement d’une nouvelle fonction répondant au doux nom d’« entonnoir de conversion multi-source ». Ne vous laissez pas impressionner par ce jargon de webeux ! Respirez profondément, le Lab est là pour vous faire découvrir une très belle solution d’analyse de vos campagnes d’acquisition.

Le pitch

Tout e-marketeur qui se respecte se doit de justifier l’utilisation de son budget. Quel canal d’acquisition de trafic est le plus efficace ? Lequel convertit le plus de visiteurs en clients ? Comment dois-je répartir mes efforts entre les campagnes Ad-words et mon référencement naturel ?

Lorsque vous achetez un appareil photo sur un site spécialisé, il se peut que vous soyez déjà venu sur ce site à plusieurs reprises. La première fois depuis un lien sponsorisé, la seconde par une recherche Google, la troisième en accès direct… Or traditionnellement Google Analytics fait toujours ressortir la dernière source de trafic comme étant à l’origine de la vente, la fameuse « conversion ». La nouvelle fonctionnalité dévoilée cette année par Google permet de reconstituer l’ensemble du chemin suivi par un visiteur jusqu’à la conversion.

Imaginez maintenant que vous puissiez croiser ces données avec vos budgets marketing par source de trafic ? C’est ce que proposait déjà Mazeberry depuis quelques temps. Autant dire que l’annonce de Google leur a simplifié la vie ! Cette solution vient compléter Analytics en générant un tableau de bord qui indique la performance de chaque levier d’acquisition et calcul son ROI.

Extrait du rapport détaillé d’un levier d’acquisition / conversion.

Dans le jargon on appelle cela du « multi-touch analytics ». « En moyenne, sur un site e-commerce, 50% des ventes sont réalisées en deux visites ou plus » nous explique Thibaut Lemay, fondateur de la startup. Le développement des solutions de retargeting et des plateformes d’affiliation nécessite plus que jamais une analyse approfondie de ces sources de trafic.

 

En pratique

Mazeberry génère plusieurs rapports détaillés qui sont ensuite résumés sous la forme d’une infographie :

  • Présence. Il s’agit de quantifier la présence de chaque canal d’acquisition (ex. : bannière, référencement, affiliation…) dans les statistiques de trafic.

  • Attribution. Mazeberry détermine les performances de chaque canal.

  • Segmentation. Il s’agit de faire ressortir les rôles de chaque canal : découverte, influence, passage à l’acte d’achat.

  • Interaction. On vient de déterminer les performances et le rôle de chaque canal d’acquisition, on détermine maintenant les meilleures combinaisons. C’est le « mix e-marketing » 😉

 Selon quels critères Mazeberry attribue-t-il la conversion à une source de trafic plutôt qu’à une autre ? Cela dépend de la typologie du site internet et relève d’observations empiriques. Ainsi pour un site spécialisé dans la vente d’appareils photos, on constate qu’une seconde visite est forcément en lien avec la première. Mazeberry donnera donc plus de poids au premier levier d’acquisition. On parle bien ici de « poids », ce qui signifie que chaque source sera prise en compte. Ce « poids » a son importance car chaque levier correspondra à une stratégie d’investissement différente (SEO, affiliation, réseaux sociaux…).

Extrait du rapport détaillé d’attribution.

Notez enfin que Mazeberry est capable de faire un traitement rétroactif des données Google Analytics. La solution est ainsi utilisable instantanément sur des données pourtant anciennes. Il faut voir ces rapports comme autant de photographies d’une activité sur des périodes données.

 

Implémentation

Mazeberry ne nécessite aucune installation. Il est arrivé qu’un site demande à la startup une analyse en 24h, c’est dire la rapidité de mise en place ! Vous n’aurez qu’à renseigner chaque budget par levier d’acquisition, l’outil faisant le reste…

La solution est conçue pour être utilisable sur PC comme sur tablette.

 

Cibles et références

D’après son fondateur, Mazeberry vise plutôt les e-commerçants de taille moyenne, dépensant entre 5 000 et 100 000 euros par mois en budget publicitaire.

La startup compte déjà parmi ses clients Teleshopping, Aseox, 3 Suisses ou encore 123fleurs. Ce dernier aurait réalisé 20% d’économie sur son coût d’acquisition client grâce à Mazeberry.

 

Combien ça coûte ?

Mazeberry se décline sous forme de quatre abonnements de 29 à 349 euros/mois. Le choix se fera en fonction du nombre de transactions, du nombre de leviers et du nombre de profils Analytics à analyser. Tous les détails sont disponibles ici.

 

Conclusion

Mazeberry complète intelligemment Google Analytics en ajoutant les données de coût et de retour sur investissement pour chaque levier d’acquisition.

C’est une qualité rare chez les solutions d’analyse de données : comment ne pas noyer ses utilisateurs sous un déluge d’informations ? Avec cette nouvelle version dévoilée hier, la startup se dote d’un résumé graphique des tableaux de bords. Destinée aux directions générales, cette infographie réjouira les allergiques à la boulimie de data.

Hébergée chez Euratechnologies, Mazeberry est actuellement en recherche de fonds. N’hésitez pas à les contacter !

 

màj le 5/09/2012 à 16h55 : actualisation des prix de la solution.

Article initialement publié sur lab.vente-privee.com .

  • Print Friendly and PDF

Passionné d'innovation, ex Natixis, Groupe La Poste et Lab vente-privee.com. Le Phare Digital est un blog personnel, mes opinions n'engagent bien évidemment que moi.

Suivre @fgueno sur Twitter.