A la rencontre des 50 plus belles startups d’ESCP Europe – 2/2 : Press’Criptum, lauréat du Lab

  • Print Friendly and PDF

50 pitchs, 7 heures de show : la semaine dernière nous vous présentions une sélection des e-commerçants les plus innovants de « Made in ESCP Europe ». Comme promis nous nous penchons aujourd’hui sur les solutions innovantes pour les e-commerçants. L’occasion de vous présenter Press’Criptum, le lauréat désigné par le Lab e-commerce.

A droite Auriane Denis, CEO de Press’Criptum, à gauche l’auteur de ces lignes.


Press’Criptum : trouver un produit en le photographiant


Feuilleter un magazine de mode, photographier un vêtement avec son smartphone, trouver instantanément sa marque, ses points de vente et l’acheter : voici la promesse de Press’Criptum et de son application pour smartphone, Press Shopper. Alors que la presse cherche des relais de croissance pour soutenir un papier en crise, voilà qui pourrait transformer nos éditeurs en véritables apporteurs d’affaire, rémunérés, pourquoi pas, à la performance. Et que dire des annonceurs ? Auraient-ils enfin trouvé là un moyen de mesurer efficacement l’impact de leurs campagnes publicitaires ?

Avant d’aller plus loin dans cette présentation, revenons sur l’existant. L’enrichissement des contenus papier n’est pas nouveau : il est déjà réalisé à l’aide de codes-barres à deux dimensions, appelés commercialement QR code ou encore flashcode. « Scannés » à l’aide d’une application utilisant l’appareil photo de son smartphone, ces codes permettent de consulter n’importe quel contenu sur le web. Jacques Attali avait popularisé le concept en 2009 en publiant son « hyperlivre » intitulé Le sens des choses.

QR Code renvoyant vers le Lab e-commerce, réalisé à l’aide de l’excellent outil d’Orange : http://www.mobilewebedition.fr/creerTag.php

Et si, au lieu de scanner un obscur code-barres, on photographiait directement le contenu ? Les progrès de la reconnaissance d’image aidant, JC Decaux lançait dès 2010 U-Snap, une application permettant de photographier les colonnes Maurice et autres panneaux d’abribus pour récupérer des informations relatives à ses pubs :

 Press Shopper fonctionne de façon très similaire. La cinématique est simple :

 Comment ça marche ? Pour que la photo d’un produit soit reconnue avec cette technologie, il faut qu’elle ait été préalablement rentrée dans la base de données de Press Shopper. La startup a donc tout un travail de saisie à faire en amont. Comme me l’a expliqué Auriane Denis, CEO de Press’Criptum, on pourrait tout à fait imaginer que les magazines ne rendent scannable qu’une partie de leurs produits et indiquent les articles identifiables par Press Shopper à l’aide d’un petit pictogramme.

Auriane connait bien son affaire. En parallèle d’un master de philosophie politique, elle a travaillé en agence de design en tant que community manageuse. C’est après avoir rejoint le master spécialisé en entrepreneuriat d’ESCP Europe que lui est venue l’idée de Press Shopper. La chaire LVMH de l’ESSEC lui a proposé de faire un test qualitatif et quantitatif de l’idée « j’ai eu vraiment confirmation de ce qui pour moi n’était qu’une intuition du besoin des lectrices ». Besoin confirmé par la suite auprès des professionnels de la presse. Auriane retient notamment un chiffre de l’étude : « 80% des lecteurs ne trouvent pas facilement les produits mode dans les magazines ».

D’un point de vue commercial, on peut considérer Press’Scriptum comme une startup BtoBtoC. Conçu comme un service gratuit au lecteur, Press Shopper permet à la presse papier de gagner en interactivité et aux marques de gagner en visibilité tout en drainant du trafic. Pour ce qui est du tarif et du modèle économique, il faudra voir au cas par cas : Auriane conçoit Press Shopper comme une offre sur mesure et se tient ainsi à l’écoute des besoins des marques et des éditeurs. Auriane a également à cœur de défendre les jeunes créateurs qui ont grandement besoin du référencement d’un Press Shopper pour leur distribution. Je pense, pour ma part, que Press Shopper serait également une excellente façon de relancer les catalogues papier des VPCistes.

Auriane Denis pendant son pitch (photo : Stephanie Wilain de Leymarie)

Avec Press Shopper le consommateur renoue avec l’impulsion d’achat, sans pression commercialle aucune, « c’est le lecteur qui choisit de flasher ou non le produit ». Mais cette application mobile est aussi l’occasion pour le lecteur de faire enfin entendre sa voix. Après tout, chaque scan témoigne de son intérêt pour le produit et sanctionne ainsi les choix éditoriaux des magazines ou la pertinence d’une campagne publicitaire. « On pourrait avoir une mode magazine qui reflète à la fois la mode d’aujourd’hui mais aussi les envies des femmes» fait remarquer Auriane.

Press’Criptum espère sortir Press Shopper en septembre. L’application existe, nous l’avons testée, elle est opérationnelle. 

 

Bonus

Parmi les startups présentes à « Made in ESCP Europe », signalons également Tribway, un site de recommandation shopping. Lors de son inscription, l’internaute remplit un questionnaire qui va permettre à la startup de lui proposer des produits sensés lui correspondre. Tribway intègre également une dimension sociale, il est ainsi possible de partager des produits ou des listes avec d’autres contacts que l’on pourra inviter via Facebook. Décidément il y a de la concurrence sur ce secteur : le Lab vous présentait la semaine dernière Modizy, une startup qui se base, elle, sur un algorithme d’intelligence collective.

Màj 25/01/2013 : ajout du site de Press’criptum.

Article initialement publié sur lab.vente-privee.com .

  • Print Friendly and PDF

Passionné d'innovation, ex Natixis, Groupe La Poste et Lab vente-privee.com. Le Phare Digital est un blog personnel, mes opinions n'engagent bien évidemment que moi.

Suivre @fgueno sur Twitter.