Modizy : des suggestions d’achat fondées sur les affinités des modeuses

  • Print Friendly and PDF

« J’aime ou j’aime pas » ? En répondant à cette simple question pour un pull, un pantalon, une veste ou une paire de chaussures, l’e-shoppeuse donne de précieuses informations à Modizy. La startup apprend petit à petit à connaitre ses goûts pour lui proposer des articles de mode en adéquation avec elle. C’est un algorithme d’intelligence collective qui se charge de faire tout le travail en identifiant des groupes ayant des affinités communes de style. Autrement dit, les réactions d’une internaute bénéficient à l’ensemble de la communauté. Il faut dire que les 3 associés à l’origine de Modizy ont bien éduqué leur code : les 200 utilisatrices de la bêta privée ont généré 30 000 opinions en 1 mois. De quoi tester le QI de la machine en vérifiant la pertinence de ses résultats. Ce piège à modeuses pourrait faire émerger plus d’un e-commerçant en phase avec l’air de son temps… A quelques jours de la sortie publique de sa bêta, le Lab s’est penché sur Modizy.

 

En pratique

Si vous êtes impatient(e) de tester Modizy, la startup a mis à disposition des lecteurs du Lab ce code d’accès à sa bêta : « labecommerce ». L’inscription est réalisée à l’aide d’un simple bouton Facebook Connect. L’intégration au réseau social est d’ailleurs assez poussée puisque l’ajout de contacts Modizy se fait à partir de sa liste « d’amis ».

Lors de sa première connexion, Modizy demande à l’internaute d’indiquer s’il aime ou non une série de 15 produits. Ceux-ci vont permettre de dégrossir le profil de l’e-shoppeuse.

On retrouve dès la home une navigation à facettes, par prix, catégorie de produit, marque et couleur. Le survol d’un produit permet d’indiquer d’un clic s’il est apprécié ou non.

Les fiches produits s’ouvrent sous forme de pop-in. De facture assez classique, elles permettent de zoomer, d’acheter et de partager l’objet sur les réseaux sociaux.

 

Modizy propose un bouton « ajouter à ma cabine d’essayage ». L’équipe de Modizy hésite quant à l’utilisation future de cette fonction qui se contente pour le moment de rassembler votre sélection de produits. Modizy pourrait proposer de composer des « looks » comme le font aujourd’hui Motilo, Polyvore ou encore Dress-Me :

 

Mais la « cabine d’essayage » pourrait aussi permettre à Modizy d’offrir un panier unique pour des produits vendus parfois par des commerçants différents.

Modizy ne risque-t-il pas de faire ressortir une mode « mainstream » plutôt que celle des faiseuses de tendances ? En fait ces dernières sont mises en avant par le système, notamment au travers d’un look book et de profils publics. Enfin les utilisatrices sont censées être distinguées par un système de badge (dont le fonctionnement n’est pas détaillé). A terme le top des utilisatrices devrait être mis en avant pour en faire une source d’inspiration.

Business model

Vous l’aurez deviné, Modizy se rémunère auprès des marchands en tant qu’apporteur d’affaire. La startup passe aujourd’hui par les plateformes d’affiliation, bien qu’ayant la technologie pour intégrer directement les commerçants. Modizy revendique ainsi plus de 5000 marques et 60 000 articles référencés. On retrouve par exemple les Galeries Lafayette, Hugo Boss, Zalendo, Carnet de Mode… L’équipe veut éviter de référencer de trop petits marchands à son lancement, tout en laissant cependant leur chance à de jeunes créateurs.

La startup envisage d’autres manières de monétiser son site, en vendant par exemple des études. Il faut dire que son algorithme récupère de précieuses informations sur les utilisatrices et sur leurs goûts…

Modizy vise les femmes de 18 à 40 ans, avec une préférence pour la tranche des 25-40 ans au pouvoir d’achat plus conséquent. Le site sera peut être ouvert aux hommes à l’automne, mais « ça n’est pas la même logique d’achat » nous a expliqué l’un des trois co-fondateurs, Luc Falempin.

 

Conclusion

Simple, ludique et addictif, c’est un plaisir d’utiliser Modizy. L’internaute se prendra vite au jeu. Et même si je ne fais pas partie de la cible, j’ai trouvé les résultats très pertinents (après tout, les hommes n’ont-ils pas le droit d’avoir un avis sur la mode féminine ?). Avec son algorithme, Modizy pourrait voir émerger des tendances : un enjeu de taille, monétisable auprès des marques, et un argument massue pour attirer les modeuses. Ce n’est pas un hasard si Modizy a remporté le prix du public de la dernière Startup Academy.

Vous l’aurez compris, plus Modizy est utilisé, plus celui-ci devient « intelligent » pour soi et pour les autres. L’été devrait permettre à la startup d’entrainer son algorithme pour une sortie de bêta en septembre.

Et vous, qu’en pensez-vous ? Avez-vous testé Modizy ? Etes-vous prêt(e) à vous faire conseiller par une intelligence collective ?

 

Article initialement publié sur lab.vente-privee.com .

  • Print Friendly and PDF

Passionné d'innovation, ex Natixis, Groupe La Poste et Lab vente-privee.com. Le Phare Digital est un blog personnel, mes opinions n'engagent bien évidemment que moi.

Suivre @fgueno sur Twitter.