Le nouveau chat Facebook de la Redoute : entretien avec Hobbynote sur une « première »

  • Print Friendly and PDF

Les idées fusent chez Hobbynote : cette agence lilloise, soutenue par EuraTechnolgies, s’est spécialisée dans les réalisations Facebook, notamment le développement d’applications. Et comme vous pouvez vous l’imaginer, c’est un vrai bonheur d’interviewer Nicolas Blondel, son directeur associé. Hobbynote compte parmi les rares agences françaises – elles sont 16 – à faire partie du programme « Preferred Marketing Developer » mis en place par Facebook pour distinguer les référents qui maitrisent ses technologies.

Hobbynote n’en est pas à sa première réalisation pour le VPCiste. Nous vous parlions il y a quelques mois de la dernière application Facebook de La Redoute « Un jour, une liste ». Celle-ci vous propose de créer des listes de cadeaux collaboratives avec vos amis. Elle se distingue en capitalisant sur la dimension sociale de Facebook plutôt qu’en se contentant de porter une simple boutique sur le réseau social. L’ensemble de l’expérience d’achat, du log-in à la finalisation de la commande, se déroule sans sortir du réseau.

Depuis deux mois Hobbynote teste sur laredoute.fr l’intégration de la discussion instantanée de Facebook, une première mondiale d’après la startup. Pourquoi ? Comment ? Suivez le guide.

Sur le site de La Redoute, Facebook est pleinement intégré à la navigation.

La genèse : éviter les fuites de trafic

Tout est né d’un constat : les sollicitations récurrentes de vos contacts Facebook vous détournent parfois de votre surf. Pour les sites marchands, c’est une potentielle fuite de trafic. De plus la bascule perpétuelle entre le chat et les pages en cours de visite est peu pratique.

Hobbynote a ainsi l’idée d’intégrer la discussion instantanée de Facebook directement sur le site de La Redoute. Une façon de simplifier la vie des internautes et de capitaliser un peu plus sur le partage social… Le but est de retrouver le plaisir de discuter tout en faisant son shopping. On parle de tout et de rien, mais, si un produit vous plait, il est possible de le partager avec vos interlocuteurs.

 

En pratique : partager ses produits et discuter

« Shopping entre ami(e)s » est d’abord une application Facebook que l’internaute devra autoriser.

Cette opération faite une fois pour toute, on retrouve comme sur Facebook la liste des internautes connectés.

Seule différence avec la discussion instantanée de Facebook, la présence d’un bouton permettant de partager le produit en cours de visionnage. Lors du passage de la souris sur le bouton, la photo du produit apparait en roll over.

Les limites de Facebook

Paradoxalement cette utilisation astucieuse du chat de Facebook lui fiche aussi un coup de vieux : Vous l’aurez remarqué, et c’est la seule ombre au tableau, les produits apparaissent avec leurs adresses internet et non pas comme des « objets sociaux ». Avouez que l’URL est un peu longue et plutôt moche. Cette limitation n’est pas du fait de la startup, mais bien de Facebook dont le chat accuse un certain retard par rapport à son fameux « fil d’actualité ». Dans ce dernier, lorsque le même lien est partagé, Facebook le remplace par quelque chose de nettement plus convivial et commercial :

C’est la rançon de l’innovation, Hobbynote est un peu trop en avance ! Derrière l’apparente simplicité de ce chat, qui ressemble comme deux gouttes d’eau à Facebook, il y a beaucoup de travail. A la connaissance de notre startup, une telle implémentation n’avait jamais été faite. De plus la documentation était assez lacunaire. Hobbynote a bénéficié de l’aide de Facebook qui l’a notamment autorisée à réutiliser ses codes graphiques (c’est assez rare pour être souligné).

Envie d’essayer ?

Tout juste accepte-t-on de nous indiquer que ce chat est utilisé et qu’il a un effet positif sur le taux de transformation ! Nous n’en saurons pas plus sur des chiffres soigneusement gardés secrets par Redcats. Mais pour Hobbynote ce module a plus pour objet de simplifier la vie de l’internaute que de booster les ventes de l’e-commerçant. Il s’agit, en quelque sorte, d’une innovation de confort.

La startup a « beaucoup de demandes » d’e-commerçants depuis la mise en ligne de ce chat. Pour être implémenté, le site doit être correctement tagué avec Open Graph (je vous renvoie à l’article que nous avions consacré au sujet). Le protocole XMPP utilisé par cette messagerie instantanée demande également beaucoup de ressources côté serveurs, l’e-commerçant doit donc avoir la capacité matérielle d’absorber le trafic de données.

A titre indicatif, l’intégration a duré 2 jours pour le site de La Redoute, ce qui semble plutôt rapide.

Pour conclure

Nicolas Blondel fourmille d’idées pour exploiter intelligemment les données de Facebook au service de l’achat. Par exemple pour un cadeau, pourquoi ne pas aller chercher des idées en fonction de ce qu’a « liké » la personne à qui l’on souhaite faire plaisir ? Facebook doit être utilisé en e-commerce « pour répondre à un besoin précis ».

Au bout d’un an et demi d’existence, Hobbynote nous réserve encore de belles surprises. Allez donc voir l’opération qu’a montée la startup pour la page Fan de Kiabi : chaque jour 360 places sont ouvertes pour faire partie de la couverture de la page fan, sous la forme d’une grande mosaïque. Cela créé de l’engagement et valorise les internautes. Encore une bonne idée…

Article initialement publié sur lab.vente-privee.com .

  • Print Friendly and PDF

Passionné d'innovation, ex Natixis, Groupe La Poste et Lab vente-privee.com. Le Phare Digital est un blog personnel, mes opinions n'engagent bien évidemment que moi.

Suivre @fgueno sur Twitter.