En avant-première : Commerces & Co, le site dédié aux commerces de proximité indépendants

  • Print Friendly and PDF

Parmi les startups finalistes de la prochaine édition de « Le Web », l’une d’entre elles a retenu notre attention. Commerces & Co propose aux commerçants traditionnels qui n’ont pas encore franchi le pas de l’e-boutique d’assurer une présence sur internet et d’en faire un moyen d’acquisition et de fidélisation de leurs clients. Encore en bêta privée pour quelques semaines, le service sera lancé à l’occasion de « Le Web » la semaine du 5 décembre. Nous avons interviewé Ludivine Huché, co-fondatrice de Commerce & Co.

Sommaire

Le pitch

En pratique

Pourquoi Commerces & Co plutôt qu’une page fan sur Facebook ?

Business model

Et côté référencement ?

Quelle stratégie de lancement ?

Conclusion

 

Le pitch

« Commerces and Co est un site web et mobile dédié au commerce de proximité indépendant. Nous partons du principe que les commerces franchisés ou sous enseignes ont tous les outils de communication nécessaires à leur disposition. C’est plutôt le petit commerçant indépendant qu’il faut aider. » Ludivine Huché l’affirme, ces commerçants doivent être présents sur les canaux web et mobile, comme leurs clients. Ludivine les a bien observés : il s’agit souvent de petites boutiques qui ne sont pas équipées d’ordinateurs mais ont des smartphones. Autre remarque, « le commerçant a du mal à se créer un fichier client car il n’a pas le temps ou n’a pas envie de leur demander en caisse leur email», par crainte notamment de les déranger. Enfin « le commerçant a du mal à faire de l’emailing », celui-ci atterrissant trop souvent dans les spams ou ne s’affichant pas correctement.

Commerces & Co propose ainsi aux commerçants une solution de fidélisation. « Le commerçant va pouvoir se créer une page en un clic et publier sur sa page des offres et des actualités. » Les internautes peuvent ensuite s’abonner à cette page et recevoir ainsi les promotions des marchands. Des cartes disponibles aux caisses des magasins invitent les clients à s’inscrire. Le commerçant se créé ainsi un fichier client et Commerces & Co lui offre une alternative aux emailings.

 

En pratique

« Nous nous concentrons sur l’essentiel : les coordonnées de la boutique, une description brève, les horaires et un mur d’actualité qui liste les offres et actualités de l’e-commerçant. » Tout ce qui peut intéresser un client est susceptible ainsi d’être annoncé : une ouverture exceptionnelle, l’arrivage d’un nouveau produit, une vente privée, etc… Rajoutons que la page intègre l’API Google Maps pour localiser la boutique sur une carte.

La présence d’avis ne doit pas prêter à confusion : « ce n’est pas notre cœur de métier  (…) nous allons plus nous concentrer sur la création d’espaces d’échange entre le commerçant et l’internaute ».

Le template est fixe car ses créateurs veulent rester fidèles à la simplicité revendiquée par le service. Cette page sera étoffée avec de nouvelles fonctionnalités dans un futur proche. Ludivine Huché prévoit ainsi l’ajout de photos. Un petit regret cependant, nous aimerions qu’il soit possible de « liker » ces pages sur Facebook, de les tweeter ou encore de suivre le marchand sur ces réseaux sociaux lorsqu’il y est présent. Mais restons patients, le produit est encore en bêta.

Une webapp pour téléphone mobile, en cours de développement, permettra de visualiser les commerçants à proximité.

Le système est prévu pour pouvoir être mis à jour par l’e-commerçant depuis son mobile. Il n’y a donc même pas besoin d’être équipé d’un ordinateur et d’une connexion internet dans le local de vente.

 

Pourquoi Commerces & Co plutôt qu’une page fan sur Facebook ?

« C’est une plateforme généraliste » se défend Ludivine Huché. « Facebook ne pourra jamais proposer un outil hyper adapté à l’activité d’un commerçant indépendant ». Commerces & Co va proposer la recherche par magasins, par villes et par produits, une fonction qui n’est pas encore disponible à l’heure où nous écrivons ces lignes, bêta oblige. Enfin Ludivine Huché estime que certains internautes « en ont assez que des annonces commerciales se fassent dans leur sphère privée ».

 

Business model

Commerces & Co est proposé en freemium. Le commerçant est libre de créer sa page et de la mettre à jour avec ses offres et ses actualités. Il est tenu informé lorsque des internautes décident de suivre sa page mais il n’a pas accès au détail du fichier client. Moyennant 25€ par mois le commerçant aura cet accès ainsi que 100 cartes de visite à mettre à disposition de ses clients. Ces dernières décrivent le processus d’inscription à la page du commerçant sur Commerces & Co.

Commerces & Co se laisse également la possibilité de proposer de la pub géolocalisée aux marchands. Par exemple un commerçant lyonnais pourrait demander à être mis en avant auprès de l’ensemble des internautes de Rhône Alpes.

 

Et côté référencement ?

C’est, me semble-t-il, l’un des arguments en faveur de la solution : permettre au marchand d’être référencé sur internet. Commerces & Co optimisera le référencement naturel des magasins et proposera également du référencement payant via l’achat de mots clés et de bannières.

Un dernier point : Commerces & Co met régulièrement à l’honneur des commerçants sur sa page Facebook.

 

Quelle stratégie de lancement ?

On se souvient du lancement d’un réseau de proximité comme Peuplade il y a quelques années. Généralement leurs créateurs se fixent comme premier objectif le développement du réseau dans une zone géographique bien délimitée, avant de s’étendre petit à petit. Ludivine a choisi pour Commerces & Co la Bretagne, une région qu’elle connait bien. Commerce & Co compte également s’appuyer sur les associations de commerçants et sur les comités de défense du commerce de proximité.

 

Conclusion

Commerces & Co répond à un véritable besoin des petits marchands de proximité. Outil de fidélisation, il pourrait également devenir un bel outil de référencement.

La principale difficulté avec ce genre de campagnes cross canal est de parvenir à mesurer leur efficacité : quel est l’apport de mon site internet à la fréquentation de mon magasin ? A défaut d’avoir un Google Analytics capable de suivre l’internaute-piéton jusqu’à la boutique, les marques organisent aujourd’hui des opérations spéciales pour leurs magasins physiques mais disponibles uniquement sur internet. Une façon « old school » de traquer l’internaute, mais dont vous conviendrez qu’elle manque de précision.

Commerces and Co aura sans doute intérêt à se rapprocher à l’avenir d’agences web, pour proposer aux e-commerçants suffisamment mûrs de passer à un vrai site e-commerce, tout en les gardant dans son giron…

La startup est en recherche de fonds. N’hésitez pas à soutenir cette équipe motivée de 4 entrepreneurs !

Article initialement publié sur lab.vente-privee.com .

  • Print Friendly and PDF

Passionné d'innovation, ex Natixis, Groupe La Poste et Lab vente-privee.com. Le Phare Digital est un blog personnel, mes opinions n'engagent bien évidemment que moi.

Suivre @fgueno sur Twitter.