Testez la montée en charge de votre site avec CloudNetCare

  • Print Friendly and PDF

Les soldes et leurs internautes, transformés en furies acheteuses… Votre site e-commerce résistera-t-il à ce pic de trafic ? Imaginez votre prochain lancement (qui vous rendra riche et célèbre, nous en sommes persuadés). Sera-t-il gâché par des serveurs incapables de faire face à votre succès ?

Aucun Boeing sur mon trafic, aucun nuage sur mon transat : CloudNetCare, proposé par la société nLiive, vous propose des tests de montée en charge d’un genre nouveau. Elle simule en effet la connexion de véritables internautes utilisant un navigateur web (là où les solutions existantes se basent sur l’envoi de requêtes http). Pas de panique, cette solution s’adresse aussi aux hommes et aux femmes du marketing, non techniciens, qui tentent d’exister auprès de leur DSI. Parce que l’informatique doit rester un outil pour l’e-commerce et non l’inverse. CloudNetCare est encore en bêta mais nous l’avons trouvé déjà suffisamment abouti pour lui consacrer un article.

Sommaire

Comment ça marche ?

Pour qui ?

Pourquoi CloudNetCare ?

Combien ça coûte ?

Qu’y a-t-il sous le capot ?

Pour conclure

Comment ça marche ?

L’utilisation de CloudNetCare est extrêmement simple et rapide. Seule une dizaine de minutes nous ont été nécessaires pour effectuer un test. L’interface est soignée. 3 étapes suffisent à lancer des centaines de machines à l’assaut de votre site. Partant pour une visite guidée ?

L’utilisateur commence par créer un scénario de test. Deux possibilités s’offrent à lui. La première et la plus simple consiste à rentrer une suite d’adresses web que le navigateur devra ouvrir successivement. La seconde revient à importer un script créé à partir de Selenium IDE. Sous ce nom barbare se cache une extension Firefox qui enregistre chaque déplacement et clic de souris et vous permet ainsi de créer vos propres cinématiques.

La deuxième étape est automatique et consiste à valider la faisabilité du test. Un menu déroulant vous propose également de choisir le navigateur qui sera utilisé par vos visiteurs virtuels. Le choix reste encore limité puisque seules deux versions de Firefox sont proposées (France et US).

La troisième étape est celle des réglages. C’est là que l’utilisateur choisira le nombre d’utilisateurs virtuels qu’il veut simuler, les durées et la date du test. Une option a attiré notre attention : la possibilité de choisir la localisation des utilisateurs virtuels. En effet, comme nous le verrons un peu plus bas, CloudNetCare est basé sur une solution de cloud computing et permet donc de choisir la localisation des machines utilisées pour le test : Europe du Nord, Europe de l’Ouest, USA Nord et USA Sud. Espérons que d’autres serveurs seront proposés à l’avenir, notamment en Asie.

Voici les résultats que nous avons obtenus pour notre site (nous nous sommes limités à 10 utilisateurs simultanés pour cette démonstration) :

Seule ombre au tableau que nous pardonnons à cette bêta, les connexions ainsi simulées viennent polluer vos statistiques Google Analytics. Il devrait être possible à l’avenir de filtrer les connexions en provenance de CloudNetCare à partir de leurs URL.

 

Pour qui ?

CloudNetCare s’adresse aux e-marchands ainsi qu’aux éditeurs de logiciel soucieux de mesurer la capacité de leur site à absorber des pics de trafic. Simple d’emploi il conviendra aussi bien au département marketing qu’aux prestataires techniques et autres DSI.

 

Pourquoi CloudNetCare ?

D’après ses concepteurs, l’avantage de leur solution qui utilise de vrais navigateurs est de révéler des disfonctionnement qui n’apparaitraient pas en envoyant de simples requêtes au serveur. L’AJAX est ainsi pris en charge et toute erreur apparaitra dans les résultats de mesure.

 

Combien ça coûte ?

Pendant la bêta la solution est gratuite, alors précipitez-vous ! D’autant plus que la commercialisation devrait se faire dans les semaines qui viennent.

Celle-ci prendra la forme de packs, le prix augmentant en fonction du nombre d’utilisateurs simulés et des fonctions proposées. A titre indicatif le pack proposé gratuitement en ce moment devrait coûter 89€90 pour 2500 internautes émulés. Vous pouvez retrouver le tableau complet ici.

 

Qu’y a-t-il sous le capot ?

Comme son nom l’indique CloudNetCare utilise des infrastructures de cloud computing pour créer ses internautes virtuels. Rappelons que le cloud computing ou « informatique dans les nuages » consiste à utiliser à la demande des serveurs distants pour réaliser des calculs informatiques. On retrouve parmi les principaux fournisseurs de services de cloud computing des noms bien connus comme Microsoft Windows Azure (le fournisseur de CloudNetCare), Amazon Web Services ou encore Google. En ayant recourt au coup par coup à ces machines, notre petite startup est ainsi capable d’ouvrir 5000 navigateurs qui seront autant d’utilisateurs virtualisés.

 

Pour conclure

Cette offre nous montre toute la pertinence du cloud computing : voici une petite startup de 12 personnes capable de mobiliser des milliers de machine sans en posséder une seule et pour un coût que l’on imagine relativement raisonnable compte tenu de sa taille.

CloudNetCare permet au département marketing de s’affranchir en partie de son prestataire technique. En étant capable de mesurer indépendamment les performances de son site, il peut enfin émettre des jugements et des recommandations sur la qualité du service fourni.

Enfin CloudNetCare est un outil de diagnostic. Des solutions telles que Cedexis, à qui nous avons consacré un article, permettront de remédier aux problèmes de montée en charge que vous aurez éventuellement constatés avec CloudNetCare.

Article initialement publié sur lab.vente-privee.com .

  • Print Friendly and PDF

Passionné d'innovation, ex Natixis, Groupe La Poste et Lab vente-privee.com. Le Phare Digital est un blog personnel, mes opinions n'engagent bien évidemment que moi.

Suivre @fgueno sur Twitter.

Aucun commentaire publié.
Laisser un commentaire